Please go to the Menu section, create a menu and then select the newly created menu from the Theme Locations box from the left.
Vânia le blogue !

Vânia le blogue !


Vanesa Garcia-Ribala Montoya – Première Danseuse des Grands Ballets Canadiens

le 26 avril, 2019

Q : Comment le ballet est-il entré dans votre vie ?

R : Ma première rencontre avec la danse s’est produite par hasard quand j’étais très jeune. J’ai vu un ballet diffusé à la télévision et j’ai été enchantée, hypnotisée par les costumes, les décors magiques et les ballerines aux allures de princesses sans défaut portées par de charmants princes. C’est à ce moment-là que j’ai décidé que c’était ce que je voulais être quand je serais grande !

Q : De quelle façon votre parcours vous a-t-il influencée ?

R : Mon parcours professionnel a profondément marqué la personne que je suis aujourd’hui. Grâce à toutes les circonstances et situations auxquelles j’ai dû faire face au cours de mon développement en tant qu’étudiante, puis au long de mes années comme danseuse, je pense avoir acquis une compréhension profonde de la vie et une meilleure reconnaissance pour ce qui compte vraiment par rapport aux vaines préoccupations.J’apprends à apprécier et à être reconnaissante pour les dons ou les attributs dont l’Univers m’a fait cadeau, même si j’ai parfois été jugée ou sous-estimée à cause de ces mêmes attributs. J’ai appris que ces qualités font de moi qui je suis, unique dans mon humanité, et que tout ce que je peux offrir a une valeur.J’ai également eu la chance de travailler avec des personnes très inspirantes et d’apprendre de bons mentors. Je réalise que sans leur soutien et celui de ma famille, je ne serais pas là où je suis aujourd’hui.J’ai eu beaucoup de chance que certaines personnes, à différents moments, aient fait un acte de foi en pariant sur moi. Sans ces personnes, je ne pourrais pas accomplir grand-chose.

Q : Quels sont les sacrifices que vous avez dû faire pour devenir une danseuse étoile des Grands Ballets ?

R : Devenir un artiste accompli, peu importe le domaine, nécessite beaucoup de sacrifices, non seulement de la part de l’artiste lui-même mais également de la part de son entourage. Certains parents doivent en faire beaucoup pour que soit dispensée à leur enfant l’éducation spécifique et la formation intensive propres à son art, de ses humbles débuts jusqu’à l’atteinte de la maîtrise de cet art. Il est clair que l’artiste doit y consacrer beaucoup de travail, de temps et d’énergie, mais personnellement je ne considère pas cela comme un sacrifice. Pour moi, c’est une bénédiction de pouvoir se consacrer pleinement à ma passion et de la vivre pleinement en profitant de chaque seconde. Mais pour ce faire, vous devez vous séparer de votre famille dans la plupart des cas, ou il peut être difficile de jongler avec la famille et de travailler pour certaines personnes, en particulier les femmes. C’est le point où je vois le plus clairement le douloureux sacrifice que toute la famille doit accepter de subir avec un proche qui mène une carrière artistique, en particulier à un niveau élevé. Plus le titre est élevé, plus les responsabilités qui en découlent sont grandes, plus les attentes des autres sont grandes. Très probablement, si vous essayez d’exceller et de bien faire ce que vous faites, cela nécessitera un travail supplémentaire, un dévouement plus . prenant. Et ce temps, vous devrez le voler ailleurs, c’est la réalité crue.

Q : Qui vous inspire?

R : Je trouve toujours mon inspiration de nombreux autres artistes brillants de ma discipline, mais aussi d’autres formes d’art. Je suis toujours très intéressée à apprendre autant que possible différentes choses et à établir des liens avec d’autres afin de collaborer à des créations intéressantes.Pour moi, il est très important d’échanger avec d’autres personnes, de connaître et d’apprécier différentes cultures et de regarder le monde avec les yeux grand ouverts, mais aussi avec le cœur et l’esprit. J’aime aussi travailler avec des personnes plus âgées et plus expérimentées que moi autant qu’avec des artistes ou des étudiants plus jeunes. C’est une expérience très enrichissante et j’ai beaucoup à apprendre des deux côtés, ce qui enflamme mon inspiration.Presque tous les aspects de la vie et des interactions humaines ont pour moi le potentiel d’être extrêmement inspirants parfois. Il me faut simplement observer et absorber ce que je vois.

Q : Selon vous, où se trouve la beauté dans le métier de ballerine ?

R : Pour moi, la beauté d’être un danseur réside dans le pouvoir potentiel de tendre la main aux autres et de toucher leur cœur. Ce que j’aime le plus lorsque je danse, c’est de me permettre de montrer au public autant ma vulnérabilité que ma force. La scène est le seul endroit où je me sens en sécurité et parfaitement à l’aise pour m’exprimer. C’est le seul endroit où je me sens complètement libre et en mesure d’établir un lien profond avec un inconnu en une seconde. Le sentiment d’être présente à ce moment sans rien remettre en question, juste en étant… et en sachant que ce moment ne se reproduira plus jamais de la même façon… C’est précieux. Et c’est là que réside la beauté de danser. Le parcours d’une ballerine est un recueil de nombreux moments précieux qui ne se présentent qu’une fois. Mieux vaut donc les vivre pleinement, avec gratitude et sans aucun regret !

Découvrez et réservez votre forfait pour la saison 2019-2020 ici : https://grandsballets.com/fr/ 

Vanesa présentera pour la première fois aux Grands Ballets deux créations ayant pour thème l’amour lors de la soirée Parlami d’Amore, du 16 au 25 mai 2019 ici: https://grandsballets.com/fr/spectacles/detail/parlami-damore/

Print this pageEmail this to someoneTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on FacebookShare on LinkedIn